Comment la méthode Feldenkrais prévient les troubles musculo-squelettiques (TMS)

Méconnue du grand public et réservée à une population avertie déjà sensibilisée aux questions somatiques, la méthode Feldenkrais est pourtant aussi disruptive qu’efficace pour revisiter nos gestes du quotidien et prévenir stress et douleurs.


Longues heures passées devant l’ordinateur, temps de transport et bagages à porter, stress du quotidien, mouvements répétitifs (en mode pilote automatique), utilisation intensive de son smartphone, port d’enfants en bas âge, etc. Tous ces facteurs ont aujourd’hui comme résonance l’apparition de troubles musculo-squelettiques, de stress, de déconcentration, de mal être en général. “Avoir mal”, à des degrés différents, fait partie du quotidien d’un grand nombre d’entre nous. Avec, parfois, une forme de résignation dans la limite du supportable. Pour y remédier, il faut trouver l'équilibre entre l'usage de son corps (de ses os et de ses muscles en lien avec le système nerveux) et le juste effort à déployer pour réaliser chaque action. Pour cela, un travail d’écoute et d’apprentissage, quant à la manière d’utiliser son propre corps, permettra à chacun de le préserver et d’améliorer l’efficacité de ses gestes, notamment en milieu professionnel. C’est ce que propose la méthode Feldenkrais. “Lorsqu’on est assis, par exemple, sur une chaise ou un fauteuil pendant de longues heures, la colonne vertébrale fait un effort musculaire conséquent pour rester dans cette posture statique, illustre Erika Réault, fondatrice de Go To Wellness. La gravité et le poids du corps exercent une grande pression sur les disques vertébraux. Afin de soulager les contractions musculaires et d'alléger la colonne vertébrale, il est nécessaire de faire des poses, de bouger pendant la journée en se mettant debout et surtout au travers de postures et de mouvements dénués de stress comme cette méthode nous y invite”.


Apprendre à écouter son corps à travers le mouvement


Avec la méthode Feldenkrais, pas de correction ni de jugement. Chacun décide de sa bonne posture ou du bon geste selon ce qu’il cherche ou ce qu’il désire. La remise en question suite à une raideur, une gêne ou une douleur passe par une écoute consciente des sensations corporelles. Cela permet de réduire les tensions habituelles non nécessaires en identifiant ses propres limites articulaires et physiques. Il s’agit, in fine, de savoir si l’action fonctionnelle que nous exécutons est facile, efficace et agréable.


Pendant les séances (individuelles ou collectives), le/la praticien.ne propose des sessions personnalisées et adaptées aux besoins de chacun. Il sera donc pertinent de démarrer par l’observation de l'exécution des mouvements et des habitudes afin d’en prendre conscience et d'identifier ce qu’il faut éventuellement modifier. “Les leçons de Feldenkrais ouvrent un espace-temps sécurisé, confortable et permettent de se reconnecter à ses propres ressentis, de prendre conscience des schémas qui créent de l’inconfort, de la fatigue et de préparer la personne à être disponible à la nouveauté, à l’inhabituel. Par la suite, découvrir d’autres manières de faire (grâce aux propositions de le/la praticien.ne) lui donne l’occasion de comparer avec ses propres gestes et de choisir ceux qui sont le plus faciles, fluides, harmonieux et faits sans effort. Il est nécessaire de se donner le temps d’expérimenter, d’explorer ses nouveaux schémas pour les incorporer, par conséquent de s’ouvrir à d’autres possibles et donner lieu à la création de nouvelles connexions entre le cerveau, le système nerveux et musculo-squelettique.”, explique Erika Réault.


S’adapter à son environnement pour être plus résilient


Au-delà du corps, le “paramétrage” de notre environnement privé ou de travail joue également un rôle important. “Si nous restons sur l’exemple de la position assise, lorsque nous sommes face à un ordinateur, le choix de la chaise et le réglage de l’écran sont des points à ne pas négliger. Une chaise plate et ferme, ou avec un léger rembourrage, permettra de bien sentir la position du bassin et de l’ancrer suffisamment pour maintenir facilement la colonne vertébrale dans son axe, explique Erika Réault. La hauteur de la chaise doit être également déterminée en fonction de la longueur des jambes. Les hanches pourront être alignées avec les genoux et les plantes des pieds à plat au sol. Un fauteuil trop confortable empêche au tronc d’être dans l’axe et invite plutôt à s'avachir. Quant à l’écran, le positionner à hauteur des yeux aidera la colonne vertébrale à garder sa longueur et à la tête de rester en équilibre au-dessus de celle-ci.” Les séances de Feldenkrais permettent de prendre conscience de l’importance de la posture du corps, de la qualité du mouvement et développe l’écoute corporelle. Cette prise de conscience nous rend plus autonome dans notre capacité à adapter notre environnement aux contraintes physiques pour un meilleur confort.


Apprendre à apprendre


Le fondateur de la méthode, Moshe Feldenkrais, a fait le constat que l’adulte limite son potentiel de mouvement car il doit répondre aux conventions sociales, ce qui ne lui permet pas de le développer tout au long de sa vie : “L’aspect négatif de l’éducation en vue d’objectifs précis est que nous avons tendance à arrêter d’apprendre à partir du moment où nous sommes en mesure d’atteindre notre but immédiat.” Ainsi chacun.e peut développer son potentiel, en effet la méthode Feldenkrais peut s’appliquer à tout milieu professionnel : soignants, ouvriers spécialisés, collaborateurs soumis au port de charges lourdes, chauffeurs, travailleurs sédentaires, etc. Quelque soit l’âge : pour les personnes âgées elle permet de prolonger l'autonomie et de mieux s'adapter aux contraintes grandissantes du corps, pour les jeunes en bonne santé c'est un moyen de rester en forme, y compris pour ceux qui font de la compétition sportive et qui sollicitent beaucoup leur corps et ont besoin de prévenir des douleurs afin de rester dans le rythme soutenu sans abîmer le corps. Toute au long de la vie, il s’agit d’apprendre à apprendre !

20 vues0 commentaire